Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SPELC LORRAINE

Cher(e) Collègue,

Une intersyndicale presque exclusivement du public appelle à la grève le 26 janvier 2016 pour protester contre la réforme du collège, la stagnation de la valeur du point d’indice de la fonction publique, la politique d’austérité …

La fédération nationale des SPELC, quant à elle, fidèle à ses positions antérieures et soucieuse de défendre les enseignants, a arrêté la position suivante.

Un appel national à la grève ne se justifie pas pour les raisons suivantes :

  • Les motifs d’appel à la grève sont trop disparates. L’efficacité de l’action est largement émoussée de ce fait.
  • Ce mouvement met essentiellement en lumière la fonction publique. L’enseignement privé serait quasiment illisible.

Toujours fidèle à ses principes, le SPELC engage une grande action nationale pour demander le respect de l’emploi des maîtres et l’installation d’une instance de concertation qui leur permettra d’avoir une certaine maîtrise sur leur situation professionnelle et sur la vie de leur établissement. La réforme, qu’on soit d’accord ou pas, ne pourra voir le jour que si elle est mise en place avec la participation de ses principaux acteurs : les professeurs.

Voici les nombreux outils que nous mettons en œuvre et qui viennent compléter le courrier envoyé aux recteurs en décembre :

  • Un communiqué de presse.
  • Un modèle de courrier à envoyer à tous les chefs d’établissement qui n’ont pas encore consulté les enseignants sur les points indiqués.
  • Un tract indiquant les grands traits de notre position et de notre action
  • Une affichette.

De plus, une grande enquête nationale est dorénavant ouverte sur notre site Internet www.spelc.fr. Tous les personnels peuvent la remplir, nous l’avons volontairement conçue simple et rapide. Elle nous permettra d’avoir les échos des enseignants et, le cas échéant, d’adapter notre action.

Il n’en reste pas moins que chaque syndicat adhérent à la fédération reste libre de son action en fonction des décisions de vos instances dirigeantes ou des positions exprimées sur le terrain. J’attire toutefois votre attention sur le fait que ceux qui réclament une action forte, voire un mot d’ordre de grève, n’y participent pas forcément. Mettons en valeur l’originalité de notre action et le fait que nos réticences à l’égard de la réforme n’ont pas de conséquences sur les élèves, les parents et le fonctionnement des établissements.

Je vous remercie par avance pour ce que votre implication dans cette opération et vous adresse, cher(e) Collègue, l’assurance de tout mon dévouement et mes salutations les plus cordiales,

Luc VIEHE secrétaire général

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article