Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SPELC LORRAINE

Rythmes scolaires

Depuis plus d’un an, cette question fait polémique en France. Nous constatons qu’une fois de plus, la réforme a été mise en place avant toute réflexion de fond, comme si l’enjeu était plus politique qu’éducatif.

Certains éléments essentiels n’ont pas été pris en compte :

  • Les capacités des enfants et des jeunes évoluent avec leur âge : imposer une organisation de la semaine identique de la maternelle au CM2 est une erreur.
  • Les périodes de calme et d’intériorité sont inexistantes : du matin au soir, les jeunes sont « en groupe ». Que ce temps soit social ou scolaire, leur attention est sollicitée en permanence, parfois au-dessus de leurs moyens.
  • L’organisation et le financement de ces temps supplémentaires ne sont pas à la hauteur des enjeux, la responsabilité de la mise en place a été reportée sur des acteurs locaux nullement préparés. Les communes n’ont pas toutes les moyens ou la volonté de participer à égalité au financement des écoles publiques et privées.

Cette réforme a été mal préparée, mal conduite et mal financée. Le SPELC regrette la précipitation avec laquelle les choses ont été mises en place.

Pour l’enseignement sous contrat, le SPELC tient à rappeler la liberté des établissements, le décret sur les rythmes scolaires ne s’y impose pas. De nombreux responsables institutionnels et d’établissements réclament encore plus de liberté, le SPELC considère qu’il faut, avant tout, utiliser plus et mieux celle dont nous disposons.

Avant la mise en place d’une nouvelle organisation pédagogique dans les établissements, les enseignants doivent être consultés de manière formelle :

  • dans le 1er degré pendant les heures de concertation
  • dans le 2nd degré au sein d’une instance qui s’inspirera des conseils pédagogiques de l’enseignement public, comme le SPELC le réclame depuis plusieurs années.

Les établissements privés sous contrat disposent d’une marge de liberté, elle doit aller de pair avec la liberté des familles dans l’intérêt des jeunes et de leur avenir.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article